ÊTRE PATIENT

0-ep-parcours1-ep-parcours-IMG_65082-ep-parcours-IMG_66443-ep-parcours-IMG_66354-ep-parcours-IMG_66315-ep-parcours-IMG_66286-ep-parcours-IMG_66257-ep-parcours-IMG_66208-ep-parcours-IMG_66159-ep-parcours-IMG_661210-ep-parcours-IMG_66120a-ep-parcours14-ep-parcours-IMG_658419-ep-parcours-IMG_654124-ep-parcours-IMG_6519ep-parcours-vp-2ep-parcours-vp-4ep-parcours-vp-5ep-parcours_maraichage-2ep-parcours_maraichage-4ep-parcours_maraichage-5ep-parcours_maraichage-3

 

Le jeudi 16 octobre est inauguré :

 

ÊTRE PATIENT, un parcours santé à l’hôpital de Flers. Une oeuvre originale de Thierry Boutonnier, en résidence dans le cadre du programme Culture-Santé. Pour cette inauguration du parcours santé, j’ai proposé une promenade digestive, du Qi gong dans le parking de l’Hôpital et l’ouverture d’un marché locavore à l’accueil.

L’œuvre est un parcours santé à l’hôpital de Flers. Elle fut réalisée dans le cadre du programme Culture-Santé de l’Agence Régionale de la Santé et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles.

J’ai recueilli le témoignage des patients dont les activités participent à leur bien-être et contribuent à leur soin. Ces paroles nous inspirent et nous invitent à une promenade dans l’hôpital.

Merci à Christine, Éric, Cevdet, Jean Paul & Françoise, Wanda, Christiane, Dominique, Joséphine, Raymond, Daniel, Elisabeth, Claude, Liliane, Gilberte, Geneviève, Sophie, Simone & Gilbert, Marie-Aude, Nicole, Rose, Sophie, Martial et l’ensemble des patients et leurs visiteurs

Merci à Annabel, Annie, Véronique, Christèle, Claude, Corinne, Gérard, Mélanie, Patrick, Sophie, Jean, Jacques, Mabrouka, Jérôme, Gilles, Medhi, Hervé, Roger, Paul-Éric, Jean Pierre, Stéphanie, Florent, Sylvain et l’ensemble du personnel de l’hôpital Jacques Monod.

Merci à Delphine de la maison d’activités Saint-Michel.

Merci à 2 angles et à Jérôme & Marine,

Merci à la Communauté d’Agglomération du Pays de Flers

Thierry Boutonnier, 2014

 

Pour en savoir plus :

« Être patient, un parcours santé à l’Hôpital de Flers », c’est une expérience artistique intégrée dans les pratiques de soins de l’Hôpital. Dans ce beau pays du bocage Normand, je suis soucieux de représenter les liens intimes entre la santé et l’environnement. Nous le savons bien ici où l’amiante continue à nous pourrir l’air. Un autre mal nous ronge,  c’est  une véritable épidémie. Ce mal est pluriel et il est lié à un mode de vie sédentaire. L’explosion des maladies comme les diabètes, les problèmes cardio-vasculaire sont intimement liée à des habitudes alimentaires et à un corps qui nous encombrent plus qu’ils nous procurent du plaisir.

Au contact du personnel soignants et des médecins, j’ai écouté et discuté. Je remercie notamment Annabel, Sophie et véronique ainsi que toute l’équipe diabète et cardio.

Au chevet des patients, j’ai appris. J’ai appris que nous pouvions être cloué au lit et malgré tout avoir envie, comme Christianne, de remonter la côte, toute la côté.

Ainsi, j’ai recueilli des témoignages de patients dont certaines activités contribue à leurs soins. Il ne s’agit pas de sport et de performance physique qui peuvent parfois nous faire plus de mal que de bien. Non, il s’agit d’actions au quotidien qui nous donnent envie de continuer d’avancer. Des actions qui nous donnent du plaisir dans notre corps et en osmose avec notre environnement. Comme Françoise qui respire avec les arbres, c’est si simple, si juste.

Ces témoignages de patients donnent un parcours dans l’Hôpital. Comme le disait un brancardier : « cela réanime les murs ». Ces témoignages nous guident dans l’escalier, les couloirs, ils invitent les visiteurs, leurs patients et les soignants à se mouvoir tout en lisant l’espoir de lendemains meilleur. Ces témoignages sont articulés avec l’espace, ils nous inspirent d’autres interprétations possible.

Dans ce parcours qui relie le cinquième étage du centre hospitalier au rez-de-jardin du pôle femme-enfant, nous pouvons faire étape devant ce vélo spatial.

Cet objet spécial est un peu surréaliste, il rappelle une roue de bicyclette sur un tabouret. Ce rare vélo d’appartement auto-alimenté nous permet de produire de l’énergie pour ces luminettes. Cette invention belge, inspiré du prix nobel de physique sur la diode, est un appareil de luminothérapie. Cette oeuvre à vivre nous propose ainsi de voir le bocage normand avec la lumière des calanques. Ce vélo spatial est une machine optique pour nous aider gaiement à changer nos représentations.

 

Des témoignages :

 

« La marche, été comme hiver, ça me sort… si je peux ressortir… Après ma chimio, cet été, j’ai fait 20km à Paris, cela m’a remplie la tête et cela fait du bien. Le matin, respirer avec les arbres, voir le soleil percer à travers les feuilles… Marcher dans la neige, le matin ».

Françoise et Jean Paul

 

« Quand, je marche au musé, j’en oublie de manger ».

Wanda

 

« Cela m’arrive de faire le tour du lotissement… dernièrement, j’ai remonté la côte que je gravissais avec les enfants de l’école maternelle, je me souviens qu’ils l’a trouvé difficile… Cette côté, c’est quelque chose ! 300 mètres, tout de suite, c’est difficile. Même le minium, cela fait du bien. Avoir la volonté de vouloir le faire, envie d’avoir envie comme disait Johnny »

Christiane

 

« Après ma chimio, j’ai appris à nager »

Monique

 

« Le moulin  est cassé, l’usine est fermé, mais un petit coup de temps en temps cela fait du bien  au coeur. »

Raymond

 

« Je fais du vélo d’appartement, 5 à 6km, mais je dois descendre pour que l’infirmière me pique ».

Daniel

 

« Je prend une bonne résolution : je prend l’escalier mais il faudrait des encouragements. »

Stéphanie

 

« Mon objectif, c’est d’aller chercher le pain à pied ».

Claude.

 

« Je fais du dos crawlé depuis 30 ans pour soigner mon dos. Là, j’ai des problèmes de coeurs. La natation me faisait tout à fait du bien. J’attend mon cardiologue pour nager à nouveau. J’aime bien la lecture aussi. »

Claude 

 

« Plus tard, j’aimerais faire des promenades. Peut-être par la suite. »

Gilberte

 

« Depuis 3 ans, nous avons tout eu : grippe H1N1, cancers, diabètes… La marche, c’est indispensable et le fait de garder mon pied… qu’ils me le soignent plutôt qu’on me l’ampute, c’est primordial. Peut-être que j’ai souffert un peu plus longtemps mais au moins je peux aller au jardin. »

Gilbert & Simone

 

« Déjà, entretenir ma maison, faire les courses, en voilà des activités… Cela m’aurai plue d’apprendre à nager. Tiens ça c’est à inscrire ! Je vais demander au cardiologue si je peux aller à la piscine même pour un peu de patouille »

Geneviève

 

« Moi je vais faire du sport avec mon amie Sophie. L’activité, nous sort de chez nous. Ce n’est que du positif physiquement et moralement ».

Rose & Sophie

 

« La marche nordique est bien plaisante surtout en groupe. C’est le premier pas, le plus difficile. »

Marie-Aude

 

« Parce que le bloc est un enfer impitoyable. Il est fermé. J’ai besoin de prendre l’air, la lumière, le vent, l’eau aussi, j’ai un plaisir à sentir ces éléments dans mes foulées. Quand je cours dans les allées d’arbre du château, j’aime transpirer et sentir notre corps. »

Nathalie

 

« Comme aide soignant, j’ai fait l’expérience avec un podomètre, ici, je marche parfois plus de 10 km »

Medhi

 

« J’ai eu peur de mourir, alors, je suis allé voir les monuments à Paris et bien vous voyez les escaliers du métro, certains on en voit pas la fin et bien j’étais contente de les gravir. »

Liliane

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>