Les Myconautes

Depuis avril 2018

Cultures de champignons. Cuisine participative et repas partagée.

Pleurotes roses, installation en bois, couverture de survie et compost. Enregistrement sonore de récits oniriques, diffusion et montage avec des vidéos scientifiques.

Collage : Thierry Boutonnier

Collage : Thierry Boutonnier

Le projet Les Myconautes est un voyage collectif et participatif, s’appuyant sur l’agriculture urbaine et les liens entre alimentation et cognition. C’est depuis le mois d’avril que ce projet hybride, accueilli en résidence sur la rive droite se développe.

Installés dans un local abandonné du Centre commercial Dravemont à Floirac, les Myconautes se sont nourris de multiples contributions :

La collecte de marc de café (l’équivalent de 6000 cafés bus sur la rive droite),

Photo : La Cave à pleurotes

Photo : Thierry Boutonnier

La fabrication collaborative de compost,

Photo : Thierry Boutonnier

Photo : La Cave à pleurotes

La préparation de la culture de pleurotes roses en milieu urbain avec la cave à pleurotes et les habitants.

Photo : La Cave à pleurotes

Photo : Thierry Boutonnier

Photo : La Cave à pleurotes

Photo : La Cave à pleurotes

En juin, les pleurotes auront fructifié dans le centre commercial et seront récoltées avec les habitants du quartier. Thomas Brasleret, du restaurant La Cape à Cenon les cuisinera pour le repas extraordinaire scénographié par  La Mécanique du ventre et servi en juillet à trente jeunes gens vivant sur la rive droite.

Photo: : Thierry Boutonnier

Photo: : La Cave à pleurottes

« Il est important d’expérimenter ces connaissances avec
goût pour éveiller l’appétit des savoirs. »

Thierry Boutonnier explore avec le voyage des Myconautes les liens entre alimentation, contexte, imagination et rêves ; les espaces investis – du centre commercial à l’Observatoire, pour les traverser de manière onirique avec ses habitants.

Pour la Nuit Verte à l’Observatoire, le 29 septembre 2018, aboutissement de cette « exploration mycosmiques », Thierry Boutonnier conçoit une installation contemplative, nourrie de toutes les étapes du projet, récits de rêves, images célestes et cérébrales, pleurotes roses à observer ou déguster, convoquant l’imaginaire collectif et le rêve.

« Je me suis également employé à prêter attention aux expériences de forêt lorsqu’elles produisent des échos dans d’autres domaines moins ancrés. (…) À Avila, la vie de tous les jours et cette seconde vie que constituent le sommeil et les rêves sont enchevêtrées.(…) On s’éveille aussi pour entendre les commentaires spontanés des gens au sujet des voix qu’ils entendent. Grâce à ces interruptions continuelles, les rêves débordent dans les moments de veille, et les moments de veille dans les rêves, tant et si bien que les uns et les autres s’enchevêtrent… »

Comment pensent les forêts. Edouardo Khon. Zones sensibles. 2017.

Remerciements:

Merci à : Cécile Cazals et toute l’équipe de la Cave à pleurotes, Charlottes Huni et toute l’équipe de Panoramas, Jean-Yves Savoie du laboratoire Mycsa (INRA Bordeaux), Hélène Schwalm de l’Université de Bordeaux, La Mécanique du ventre, Thomas Brasleret, Gwenaëlle Larvol, Anne-Cécile Paredes, les habitants de Floirac et de la Rive droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>