Sculpture sociale, plantations et distillations participatives, hydrolat de rose Depuis 2013 Photographie : Blandine Soulage-Rocca - Veduta/ Biennale d'Art Contemporain 2017

Eau de rose Ecosystème

du 23/11/2013 à 2030
Maison de la Jeunesse et de la Culture de Mermoz, Veduta et Biennale d'art contemporain de Lyon 2017
Parrainage et culture de rosiers de damas, alambic mobile de 50l, Qumqum en verre. Production d'eau de rose millésimée après distillation annuelle en pied d'immeuble.
Sculpture sociale, participative et vivante.
Cycle de vie : Pérenne

Dates clefs

27/02/2017
Premières transplantations des rosiers dans les quartiers politique de la ville de la Métropole de Lyon
03/06/2019
Premières distillations publiques en pied d'immeuble
19/09/2019
Vernissage de la biennale d'art contemporain de Lyon
14/10/2017
Repas rose
02/11/2019
Bouturages des rosiers de Damas

« Eau de Rose est une sculpture sociale qui s’adosse à la puissance du végétal pour nous relier. Avec les habitants, dans les différents quartiers, nous avons dessiné et situé ensemble des lignes de roses favorables à leurs cueillettes. Nous avons creusé pour transplanter les pieds de jeunes rosiers. Fort de cet enracinement, arrosés et épargnés des herbes folles, nous leurs avons donné de l’eau et de l’air. Les rosiers nous ont flattés de leurs parfums. Dans la fleur de l’âge, nous les avons cueillis avec délicatesse et grâce à un alambic, nous avons puisé leurs succulences. Comment sentir donne-t-il à voir ? Comment s’en tirer ensemble ? ».

Initialement mené en 2013, dans le huitième arrondissement de Lyon, avec la complicité de la MJC Laënnec-Mermoz, le projet Eau de Rose a peu à peu pris de l’ampleur. Depuis 2017, il intervient, dans le cadre de la Biennale de Lyon et de Veduta, dans de nouveaux quartiers tel que Lyon 7e, Givors, Rillieux-la-Pape, Saint-Cyr-au-Mont-d’Or et Vaulx-en-Velin.

Des rosiers de Damas parrainés et plantés par les habitants dans des espaces inattendus de leur quartier ; des pétales récoltés puis distillés pour en extraire de l’eau de rose ; des moments de construction partagée suivis d’instants de célébrations…

Eau de Rose permet ainsi une hybridation entre le patrimoine bâtit et le patrimoine vivant de Lyon. Cette culture de la rose particulière au huitième arrondissement accompagne l’histoire lyonnaise de la soierie. Ces rosiers spéciaux au croisement des cultures, décrivent le raffinement des échanges dans un jardin planétaire (Gilles Clément). À cet effet, nous avons le soutien et la science des roseraies du parc de la Tête d’Or. Des formations et des ateliers sont organisés. Nous travaillons également en collaboration avec le Laboratoire de biotechnologie végétale Plante Aromatique et Médicinale de Saint-Étienne.

Les habitants de longue date et les nouveaux arrivants sont donc invités à transplanter les rosiers au cœur d’un certain nombre de quartiers en transformation à travers une démarche commune. Avec la volonté de construire ensemble les représentations de ces lieux de vie, Eau de Rose permet d’appréhender son environnement quotidien autrement et de se réunir autour de la culture des rosiers de Damas lors d’un rituel festif et partagé.

Remerciements

Géraldine Lopez, Adeline Lépine, Thierry Raspail, Emma Lavigne, Fanny Ventre, Pauline Combier, Jessica Palm, Léonore Rey, Fabien Ducher, François Denise, Nelly Garcia, Jean-Pierre Grienay, Thérèse Volay, André Vincent, Alexandra Le Moëne, Pascal Lorente, Marie Bassano, Rémy Féminier, Association ELARJIR, Nicolas Dairon, Association Les Rencontres Artistiques, Elizabeth Vercherat, Quentin Vernette, Nicolas Rochette, Benoît Bret, Jean-Claude Caissard et Sylvie Baudino-Caissard et tout les habitants qui œuvrent pour les fleurs et leurs voisins...